Magazine du design urbain

Objets

Gérard Borde : l’art et la technique

Fauteuil "Beyrouth", 2013, Marc Aurel et Gérard Borde
Fauteuil "Beyrouth", 2013, Marc Aurel et Gérard Borde © Aurel Design Urbain

À la croisée entre art et industrie, la céramique de Gérard Borde reflète son insatiable quête de créativité et d’innovation.

Depuis vingt-cinq ans, Gérard Borde, Maître d’art céramiste, fait dialoguer art et technique en associant son savoir-faire à la recherche plastique d’artistes designers, architectes, sculpteurs… Sa dernière réalisation ? Le fauteuil « Beyrouth », premier mobilier urbain en céramique créé en collaboration avec Marc Aurel, pour lequel il a remporté le Prix Liliane Bettencourt « Pour l’Intelligence de la Main ». Directeur du CRAFT (Centre de Recherche sur les Arts du Feu et de la Terre) et enseignant à l’école Supérieure d’Art et de Céramique de Tarbes, il œuvre au service de la création et de l’innovation pour le secteur industriel.

Gérard Borde, vous êtes céramiste, Maître d’art distingué par le ministère de la Culture. D’où vient votre passion pour la céramique ? 

Cette passion a débuté vers 17-18 ans, quand j’ai commencé à créer, puis quand je suis entré à l’école des Beaux-Arts de Limoges. J’aimais particulièrement le dessin, le modelage et la sculpture. Après mon diplôme des Beaux-Arts, je suis entré à la Manufacture de Sèvres, que j’ai quittée pour me tourner davantage vers les artistes.

Gérard Borde

Gérard Borde © Pour l’Intelligence de la Main

Quelle est la modernité de ce matériau ancestral ? 

La céramique est un terme générique qui englobe beaucoup de matériaux. Elle a d’infinies possibilités et beaucoup de domaines d’application : le domaine médical, spatial, aéronautique… Les gens ne s’imaginent pas tout ce que l’on peut faire avec de la céramique : des moteurs de voiture, des satellites, des miroirs… C’est un élément phare de modernisation technique et technologique. Le carbure de silicium, par exemple, est employé dans l’aérospatial pour la fabrication des miroirs optiques et la cartographie des étoiles. Il peut résister à une chaleur de 2200℃, ce qui le rend plus résistant que la pierre précieuse. Comme il n’existe pas sur Terre – mais seulement dans l’espace –, nous le recomposons.

La céramique a également trouvé sa place dans le domaine médical et biomédical pour tous les éléments qui entrent dans le corps humain. Par exemple, on fabrique des éponges en alumine sur lesquelles on fait repousser des chairs. On maîtrise de plus en plus la céramique, désormais autant que le plastique. Et ce qui me passionne, c’est de mettre ce matériau à disposition des artistes. Cela permet d’innover davantage, d’aller plus vite et de plus en plus loin. C’est fabuleux !

Vous avez collaboré avec des artistes tels que le sculpteur-graveur Francois-Xavier Lalanne et le peintre Zao Wou-Ki. Quel est le fil conducteur de vos collaborations ? 

J’ai beaucoup collaboré avec le designer Marc Aurel. Nous nous sommes rencontrés il y a plus de trois ans, suite à l’appel à projets du ministère de la Culture pour un travail à quatre mains entre un designer et un artisan d’art pour créer du mobilier urbain. Auparavant, on ne voyait pas de mobilier urbain composé exclusivement de céramique. On voyait de la céramique collée sur du béton, comme au Portugal, mais guère plus. Il n’y avait aucune raison que la céramique ne soit pas employée pour cela, on en fait même des gilets pare-balles ! Ce n’était pas normal ! Comme nous avions des affinités, avec Marc Aurel, nous avons décidé de travailler ensemble. Vous savez, je travaille avec toutes sortes d’artistes : des designers, des architectes, des plasticiens, comme le plasticien-lumière Yann Kersalé. Ce sont toutes des manières différentes d’utiliser la céramique.

Le fauteuil "Beyrouth" par Gérard Borde et Marc Aurel

Le fauteuil « Beyrouth » : une structure métallique peinte et une assise en céramique © Pour l’Intelligence de la Main

Dessin préparatoire pour le fauteuil "Beyrouth"

Dessin préparatoire pour le fauteuil « Beyrouth » © Pour l’Intelligence de la Main

Vous venez de remporter le Prix Bettencourt pour votre collaboration avec Marc Aurel : cette passerelle entre l’art, l’artisanat et l’industrie vous paraît-elle être une direction fertile ? 

Les industriels n’ont plus beaucoup d’argent. Notre rôle est donc de développer des choses qui leur apporteront une valeur ajoutée en termes d’innovation. Un artiste ne peut pas s’adresser directement aux entreprises. Il lui faut une interface comme la nôtre qui servira d’intermédiaire. Les industriels nous font confiance puisqu’on a déjà travaillé avec eux. On développe des projets industriels, on crée en permanence. C’est avantageux pour eux car ils n’ont pas le développement à leur charge.

Luminaire céramique "Nano"

Luminaire de la gamme Ceramic® (Technilum), Gérard Borde et Marc Aurel

Quels sont vos projets pour les années à venir ? 

J’ai beaucoup de projets avec Marc Aurel : le Prix Bettencourt nous ouvre beaucoup de champs, mais nous allons d’abord finaliser plusieurs projets de mobilier urbain en cours, notamment des luminaires. Aussi, des artistes me sollicitent de plus en plus pour des demandes de collaboration. Ils s’intéressent plus que jamais à la céramique pour diversifier leur activité.

Mots clés